Adéquation formation-emploi des jeunes ruraux : Le mouvement paysan burkinabè à l’école sénégalaise

REVUE DE PRESSE

La Confédération paysanne du Faso (CPF) a organisé, en collaboration avec le Conseil national de concertation des ruraux du Sénégal, un atelier de réflexion et de partage d’expériences en matière d’emplois des jeunes ruraux, le 04 mai 2017, à Ouagadougou. L’objectif était de présenter l’expérience réussie d’un centre d’incubateur de développement des métiers avicoles au Sénégal, de le vulgariser en vue d’inspirer le mouvement paysan au niveau du Burkina. Cet atelier de capitalisation et de partage bénéficie de l’accompagnement technique et financier du Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique (ROPPA).

Les jeunes représentent 65% de la population active dans la région ouest-africaine. Mais, malgré le chômage qui touche principalement ces jeunes, la plupart d’entre eux estiment que le secteur agricole n’est pas attractif, n’est pas viable. Pour les inciter à revenir à l’agriculture et d’en tirer le meilleur profit, le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique (ROPPA) a pris l’option d’accompagner les initiatives novatrices et porteuses. C’est dans ce cadre qu’il accompagne la capitalisation et la diffusion du centre incubateur de développement de métiers avicoles, une expérience du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), la plateforme d’organisations paysannes du Sénégal qui regroupe 28 faîtières.

Pour apporter une réponse à la problématique de l’emploi des jeunes et particulièrement l’inadaptation entre formation-emploi, le CNCR a initié la mise en place d’un centre incubateur de développement de métiers avicoles pour les femmes et les jeunes du Sénégal. Ce, en partenariat avec le centre d’étude et de coopération internationale (CECI) et l’Ecole nationale supérieure d’agriculture. Ce qui a permis de former 100 jeunes ruraux issus de différentes fédérations qui composent le mouvement paysan.

JPEG - 91.1 ko
Yoro Idrissa Thioye, conseiller en politiques agricoles au niveau du CNCR

Grâce à l’approche partenariale entre ces trois institutions, aujourd’hui, 34 de ces 100 jeunes formés ont commencé à exercer dans l’aviculture au sein de leurs organisations en plus de leurs métiers d’origine afin de pouvoir diversifier leurs revenus. L’autre résultat satisfaisant de cette expérience, c’est la constitution d’un réseau autour du collège des jeunes pour travailler autour de la question de la commercialisation. « C’est ce modèle de formation que nous avons jugé pertinent de pouvoir venir partager avec les autres membres du ROPPA. Donc l’objet de cet atelier, c’est de présenter cette expérience sénégalaise pour que les autres puissent s’en inspirer pour enclencher une dynamique dans ce sens. Mais, il ne s’agit pas de copier, mais juste de prendre l’exemple et pouvoir construire sur la base du contexte actuel », a expliqué Yoro Idrissa Thioye, conseiller en politiques agricoles au niveau du CNCR. [ Cliquez http://lefaso.net/spip.php?article77009

Espace Multimédia

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • 25juil. 2016

    Formation des administrateurs du CNCR sur la gouvernance foncière

    Dans le cadre de son programme de renforcement des capacités des l

    Dans le cadre de son programme de renforcement des capacités des leaders paysans, le CNCR organise les 25 et 26 juillet un atelier de formation de ses administrateurs sur les enjeux et défits de la gouvernance foncière au Sénégal. Cette formation se tient dans un contexte de réforme foncière qui mobilise beaucoup le CNCR et ses partenaires de la société civile membres du Cadre de réflexion et d'action sur le foncier au Sénégal (CRAFS). Elle permettra de préparer les administrateurs à la négociation avec l'Etat pour une réforme foncière en faveur du développement durable de l'Agriculture familiale au Sénégal. 

Actualités

Scroll To Top