Le CNCR veille à la défense des intérêts des agriculteurs dans le cadre du projet d'Énergie de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie

La présentation du Plan de gestion environnementale et sociale (PGES) et du Plan de relocalisation (PR) du projet Énergie de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie à été l'occasion pour le CNCR de revendiquer le besoin réel de préservation de l'environnement et des terres des paysans dans ce contexte. Ce projet consiste en la construction, sur le fleuve Gambie, d'un barrage hydroélectrique de 128 MGW et du développement d'un réseau de 1700 km d'antennes de ligne haute tension au Sénégal, en Gambie, au Mali et en Guinée.

 

Ce projet, dont les travaux dureront 18 mois, nécessitera la délocalisation de populations en plus d'occasionner des déboisements, des déplacements de champs agricoles, des pertes d’habitats fauniques et un risque de pollution des eaux et des sols. Au Sénégal, ce sont les régions de Kaolack, Kaffrine, Tamba, Kédougou et Sédhiou qui seront affectées par le projet.

 

Une réaffectation de terres au potentiel équivalent à une distance raisonnable du lieu d'origine, une exemption de tous les frais de transactions et la prise en compte des droits légitimes des personnes ne jouissant d'aucun titre de propriété est une méthode de compensation qui est à privilégier. La mise en place de mesures d'atténuation et la compensation des communautés pour les effets environnementaux et sociaux sont aussi à envisager selon le CNCR qui poursuivra son travail de veille quant au respect de ce dispositif de dédommagement. 

Espace Multimédia

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Aucun événement

Actualités

Scroll To Top