Pour la reconnaissance des droits paysans sur les semences : intervention d'un membre du CNCR au Groupe de travail des droits de l'homme des Nations Unies sur les droits des paysans

Du 15 au 19 mai 2017 s’est tenue à Genève, en Suisse, la 4e session du Groupe de travail du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales. Cette session de travail fait partie d’un processus de négociation sur un projet de Déclaration des Nations unies sur le droit des paysans. La Via Campesina, mouvement paysan international qui rassemble plus de 164 organisations dans 73 pays et dont le CNCR est membre, plaide en effet depuis plusieurs années pour l’adoption par l’ONU d’un nouvel instrument international qui permettrait de renforcer la protection des droits des paysans.

Ndiakhate Fall, membre du CNCR et représentant de La Via Campesina Afrique de l'ouest et du centre, y a fait une intervention au sujet des semences paysannes. La voici :

« Nous, communautés paysannes d’Afrique, disposons d’innombrables variétés de semences adaptées à nos systèmes agricoles et alimentaires que nous avons sélectionnées et entretenues depuis des millénaires. Aujourd'hui, le paysage semencier est en mutation. La semence tend à devenir un simple intrant reléguant les paysans au simple rang d'utilisateur-client. Le vivant est privatisé par une poignée d'entreprises. Les paysans deviennent alors de plus en plus dépendants des intrants extérieurs. Leurs droits sur les semences ne sont pas reconnus. Avec l'évolution des systèmes agricoles, certaines pratiques ont disparues ainsi que les variétés locales associées. Elles ont souvent été remplacées par des variétés fixées qui conditionnent les paysans à acheter régulièrement la semence mère. 

Après avoir été mises à mal par plusieurs décennies d'industrialisation et de spécialisation de l'agriculture, les semences paysannes sont aujourd'hui menacées d'interdiction définitive par de nouvelles évolutions réglementaires. C'est pourquoi les paysans et leurs organisations ont décidé d'alerter les citoyens, les élus et les décideurs. Il est important de reconnaitre le droit des paysans sur leurs semences. Cette reconnaissance va permettre :

  • la protection des connaissances traditionnelles présentant un intérêt pour les ressources phylogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture;
  • le droit de participer équitablement au partage des avantages découlant de l'utilisation des ressources phylogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture;
  • le droit de participer à la prise de décisions, au niveau national, sur les questions relatives à la conservation et à l'utilisation durable des ressources phylogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture;
  • Le maintien et l’amélioration des semences et races locales représentent aussi une mesure de sauvegarde contre les effets du changement climatique. »

Voyez ici le projet de Déclaration sur les droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales en cours de négociation aux Nations Unies: http://bit.ly/2riE88I.

 

Espace Multimédia

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • 20juin 2016

    REUNION DU BUREAU EXECUTIF NATIONAL DU CNCR

    Tous les membres du Bureau Exécutif National du CNCR sont convoqu

    Tous les membres du Bureau Exécutif National du CNCR sont convoqués en réunion 

  • 21juin 2016

    REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CNCR

    LES PRESIDENTS DE FEDERATIONS ET UNIONS MEMBRES DU CNCR SONT TENUS

    LES PRESIDENTS DE FEDERATIONS ET UNIONS MEMBRES DU CNCR SONT TENUS D'INFORMER LEURS MEMBRES DE LA PROCHAINE REUNION DU CA.

    LA RENCONTRE SE TIENDRA DANS LA SALLE DE CONFERENCE DU CNCR SIS LOT 58 A - LOTISSEMENT CICES  A DAKAR

Actualités

Scroll To Top