PLAIDOYER POUR UN ACCOMPAGNEMENT DE L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Thiès, 13 sept (APS) - Le coordonnateur de la Fédération nationale pour l’agriculture biologique (FENAB), Ibrahima Seck, sollicite des pouvoirs publics un accompagnement pour le développement de l’agriculture biologique.



‘’Nous continuons à recevoir de la part des autorités, un soutien verbal. Il n’y a pas une volonté politique pour accompagner le développement de l’agriculture biologique au Sénégal’’, a-t-il dit dans un entretien avec la presse.



Selon lui, les autorités compétentes investissent beaucoup de ressources financières dans l’agriculture conventionnelle au détriment de celle biologique.



‘’L’État dépense beaucoup d’argent pour soutenir uniquement l’agriculture conventionnelle. Aujourd’hui, les agriculteurs biologiques ont besoin de bio pesticides, de bio fertilisants et semences biologiques pour mener à bien leurs activités’’, a relevé M. Seck.



‘’Mais, jusqu’à présent l’État du Sénégal ne nous appuie pas’’, a déploré le coordonnateur de la Fédération nationale pour l’agriculture biologique.



Cette pratique culturale permet aux populations ‘’d’accéder

à des produits sains, très bons pour la santé, et favorise en même temps, une bonne gestion des ressources naturelles’’, a-t-il fait remarquer.



Ibrahima Seck renseigne que les pratiquants de l’agriculture biologique ont ‘’des semences de légumes, de céréales, de maïs, de mil, etc". "Mais ces semences ne sont pas reconnues par la législation sénégalaise parce qu’il y a tout un processus pour les fabriquer. Ce n’est pas facile’’, a-t-il fait remarquer.



M. Seck fait état d’une législation qui ’’constitue un frein au développement de l’agriculture biologique’’.

 

FD/OID/ASG

Espace Multimédia

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • 14oct. 2016

    FORUM NATIONAL DES OP ET OSC SUR LA REFORME FONCIERE AU SENEGAL AU GRAND THEATRE

    Le forum qui réunira près de cinq (500) laeders et délégués de

    Le forum qui réunira près de cinq (500) laeders et délégués des organisations paysannes et de la société civile sera une occasion pour restituer à la base du CNCR et de ses partenaires du CRAFS le travail effectué dans le cadre du processus de réforme foncière et le contenu du document de politique foncière afin de recueillir les avis.

Actualités

Scroll To Top