ANCIEN PREMIER MINISTRE DU TOGO NOMMÉ À LA TÊTE DE L'AGENCE DES NATIONS UNIES QUI LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ RURALE

Rome, 14 février 2017 – Gilbert Fossoun Houngbo, ancien Premier Ministre du Togo, a été élu sixième Président du Fonds international de développement agricole (FIDA), organisme spécialisé des Nations Unies et une institution financière internationale qui investit dans l'éradication de la pauvreté rurale dans les pays en développement dans le monde.

“Je viens du monde rural. J'ai une connaissance directe de comment est dure la vie de ce milieu,” a déclaré Houngbo, qui a été nommé par les États membres du FIDA lors de la réunion annuelle du Conseil des gouverneurs de l'organisation.

Houngbo prend les commandes de l’organisation à un moment où le changement des priorités des gouvernements et les besoins plus immédiats des crises humanitaires - comme les catastrophes naturelles, les conflits et les réfugiés - menacent de détourner le financement du développement à long terme.

Avec la croissance de la demande des aliments au niveau mondial, l'augmentation de la migration vers les villes et l'impact du changement climatique, les investissements dans l'agriculture et le développement rural seront essentiels pour atteindre l’objectif de développement durable qui est d’éliminer la pauvreté et la faim.

"Nous devons garder notre ambition et en même temps être réaliste et pragmatique", at-il dit. "Nous devons démontrer que chaque dollar investi aura sa plus grande valeur".

Houngbo a plus de 30 ans d’expérience diversifiée dans la sphère politique, le développement international, la diplomatie et la gestion financière. Directeur général adjoint de l’Organisation internationale du Travail (OIT) depuis 2013, il y est chargé des programmes extérieurs et des partenariats. Auparavant, il a été Sous-Secrétaire général, Directeur du Bureau régional pour l’Afrique et Directeur de cabinet au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Il est membre de l'Institut Canadien des Expert comptables agréés, et possède une vaste expérience de la gestion financière. Sa candidature a été approuvée à l'unanimité par les gouvernements de l’Union africaine.

Originaire d'une famille rurale, Gilbert F. Houngbo estime que les inégalités du monde actuel sont inacceptables et que le FIDA a un rôle crucial à jouer en offrant des opportunités aux pauvres et aux exclus.

"Le privilège d'obtenir une éducation de haute qualité m'a aidé à développer un sens aigu de responsabilité envers l'amélioration de la condition de ceux qui n'ont pas eu de pareilles opportunités", a-t-il écrit en réponse aux questions posées lors du processus de la nomination.

"Je crois que, grâce à un leadership dynamique du FIDA, je peux contribuer à apporter des changements visibles aux conditions de vie difficiles des ruraux pauvres du monde".

Houngbo faisait partie des huit candidats, dont trois femmes visant le plus  haut poste dans la direction de l'organisation. Il succède à Kanayo F. Nwanze, qui conclut ses deux mandats commencés en avril 2009. Houngbo prendra ses fonctions le 1er avril 2017.

 

Communiqué de presse No.: IFAD/15/2017

Le FIDA investit dans les populations rurales, en les autonomisant afin de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d'améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé environ 18,5 milliards d’USD sous la forme de prêts à faible taux d’intérêt et de dons en faveur de projets qui ont touché quelque 464 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – le centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

Publications

Suivez-nous

Agenda

  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • 25juil. 2016

    Formation des administrateurs du CNCR sur la gouvernance foncière

    Dans le cadre de son programme de renforcement des capacités des l

    Dans le cadre de son programme de renforcement des capacités des leaders paysans, le CNCR organise les 25 et 26 juillet un atelier de formation de ses administrateurs sur les enjeux et défits de la gouvernance foncière au Sénégal. Cette formation se tient dans un contexte de réforme foncière qui mobilise beaucoup le CNCR et ses partenaires de la société civile membres du Cadre de réflexion et d'action sur le foncier au Sénégal (CRAFS). Elle permettra de préparer les administrateurs à la négociation avec l'Etat pour une réforme foncière en faveur du développement durable de l'Agriculture familiale au Sénégal. 

Actualités

Scroll To Top